Rechercher

écoutez

Ressources en ligne

Vous souhaitez télécharger des livres sur une liseuse, une tablette, un smartphone ? Inscrivez-vous en choisissant le formulaire selon la médiathèque que vous fréquentez   Alfortville, Créteil   Limeil-Brévannes, Médiathèque mobile.

     Informatique, cours de langues, code de la route, musique, soutien scolaire, remise à niveau....

 

        Presse en ligne : plus de 800 titres, accédez à deux revues par mois et par carte de médiathèque

 

  Eurêka Val de Marne

Partager "Ressources numériques" sur facebookPartager "Ressources numériques" sur twitterLien permanent
AccueilDernières critiques

Dernières critiques

 

A la ligne (Ponthus, Joseph)

note: 5A la ligne BARIDA LAURENT - 15 avril 2019écoutez

J’écris comme je travaille
A la chaîne
A la ligne

C’est l’histoire d’un homme
En Bretagne qui a besoin de vivre
En Bretagne il faut aussi pognon

De sot métier il n’y a pas
Et de conserveries de poissons aux abattoirs
je n’hésite pas mais quel dur labeur

Histoire vraie pénible harassante ou l’on devient un robot
A force de travail sans but ni gloire mais il faut bien vivre
A force de travail il faut tenir vivre vivre sans cesse

Histoire vraie qui ne peut laisser indifférent
Histoire vraie sur le devenir de l’Homme
Histoire vraie que j’ai adoré

Underground railroad (Whitehead, Colson)

note: 5Underground Railroad BARIDA LAURENT - 12 avril 2019écoutez

Un très beau roman sur l’un des événements majeurs des Etats-Unis : la guerre de sécession, avec comme motif principal : l’esclavagisme.

Cora, jeune fille noire de 16 ans, survie dans une plantation de coton, en Géorgie. Sa mère l’abandonne en s’enfuyant. Elle décide de s’enfuir de cet enfer, avec un autre esclave Caesar, et d’aller vers le Nord, la terre promise, le lieu des libertés. Un monde utopique, pour elle, mais garant d’une vie meilleure.

L’un des moyens les plus rapides et sûrs s’avère être le chemin de fer clandestin ( Underground Railroad ), qu’utilisent les esclaves noirs américains pour se réfugier, si possible jusqu’au Canada avec l’aide des abolitionnistes qui adhéraient à leur cause. Un périple qui représentait : « La piste des larmes et de la mort »…

Un récit poignant, avec dans ces états du sud, un racisme à l’état pur…Ainsi Colson Whitehead nous délivre ce devoir d’information, pour ne pas fermer les yeux devant l’innommable, l’abject !

Et comme l’écrit James W. Loewen : « Les états confédérés ont fait sécession pour maintenir l’esclavage, comme expression de la suprématie blanche. ».

Ainsi, nous pouvons, grâce à la lumière d’ Underground Railroad quitter les chemins obscurs de l’hétérodoxie.

La servante insoumise (Harris, Jane)

note: 5Truculent! Un régal :rythme et suspens soutenu jusqu'à la dernière page SARGAT ANNIE - 9 avril 2019écoutez

Roman picaresque plein d'une gouaille irlando-écossaise. Une histoire de vie qui aurait pu être sordide mais racontée avec beaucoup de drôlerie et chaque page donne envie de savoir ce qui se passe dans la suivante...et ainsi de suite jusqu'à la dernière page!

Les rameurs (Oldland, Nicholas)

note: 5Humour Québécois GIACOMETTI LEIA - 7 avril 2019écoutez

L'importance d'être solidaire pendant un voyage

Gros câlin (Oldland, Nicholas)

note: 5Humour Québécois GIACOMETTI LEIA - 7 avril 2019écoutez

L'importance du respect de la nature

Papa-île (Jadoul, Émile)

note: 5Plaisir partagé GIACOMETTI LEIA - 7 avril 2019écoutez

Les super pouvoirs d'un papa (fantasme avant la naissance, bébé 2 ?)

Câlin express (Jadoul, Émile)

note: 5Plaisir partagé GIACOMETTI LEIA - 7 avril 2019écoutez

Pourquoi il faut prendre plus de temps avec son enfant, ne pas être comparé à un TGV

Fantazmë (Tackian, Nicolas)

note: 5Fantazmê BARIDA LAURENT - 4 avril 2019écoutez

Paris, 36 quai des Orfèvres, le commandant Tomar Khan, va être amené à enquêter sur deux morts, dont l’un était un dealer albanais.

Nous allons rentrer dans un monde sordide : de cruauté, de concupiscence, de misère humaine…Un monde soumis à la loi du plus fort, un monde où la pitié n’existe pas, où seul l’argent règne en maître.

Son enquête, avec sa fidèle équipe, va le mener sur la route des migrants et de la traite des femmes. Avec comme corollaire, la vengeance d’un spectre « Fantazmë » en albanais, bien résolu à être le bras armé de la justice, mais sa « propre » justice.

En filigrane, un inspecteur de l’IGS, le lieutenant Antonin BELKO, le poursuit lui et sa compagne (adjointe de son équipe), pour des faits antérieurs – l’affaire Müller-.

En outre, un problème de santé récurrent, le déstabilise pendant son enquête, et l’amène à s’interroger.

La lecture du thriller précédent –Toxique-, apporte plus de suspense à celui-ci, et améliore le profil psychologique de tous les intervenants. Enfin, un brin d’humanité, sous-jacent à ce climat étouffant d’atrocités, existe, cependant.

Un thriller qui prend à la gorge, et vous interroge sur la bassesse humaine.

La dame au petit chien (Kheifitz, Iossif)

note: 5la dame au petit chien GILLET ODILE - 3 avril 2019écoutez

Très beau film romantique

Les fantômes du vieux pays (Hill, Nathan)

note: 5Une vrai performance d'auteur, extrêmement documentée! SARGAT ANNIE - 3 avril 2019écoutez

Pavé de 700 pages que je n'ai pas lâché tellement l'auteur a su décrire l'Amérique de l'après 68 à nos jours, ses mouvements, ses tranches de vie, son évolution qui permet de mieux comprendre la société américaine dans son ensemble.
Et tout cela avec humour

Miniaturiste (Burton, Jessie)

note: 5Extra-ordinaire : le thème choisi, l'histoire autour et un style d'une grande précision et aussi ric SARGAT ANNIE - 3 avril 2019écoutez

Comment peut on être aussi douée dans l'écriture d'un 1er roman??

Le jour où les lions mangeront de la salade verte (Giordano, Raphaëlle)

note: 1Gnan-gnan, plat, écriture banale, pas d'humour et aucune surprise SARGAT ANNIE - 3 avril 2019écoutez

Si j'avais pu mettre 0 * je l'aurais fait!
Assez de ces "écrivains" qui devrait faire autre chose comme métier.
Assez de ces histoires écrites sur le même thème, qui s'adresse à la pauvre célibataire de moins de 30 ou ici moins de 38 ans (et oui il y a de l'espoir elle peut encore enfanter!) Certains romans sont réussis comme Bridget Jones et certains autres.
Mais là l"auteure" a voulu, de plus lancer un "concept" de "burnerie" qui vient du mot burne où 5 fois par page elle emploie ces mots pour désigner une attitude machiste. Mais au bout de 10 pages on en peut plus du mot "burne" et en plus elle nomme sa formation "Sup de Burnes!!!"
Ras le bol!!(de soupe?)

Mal de chien (Hiaasen, Carl)

note: 4Thriller écologique tonique et loufoque très bien écrit sur un sujet qui fait froid dans le dos SARGAT ANNIE - 3 avril 2019écoutez

L'auteur arrive à nous faire rire grâce à un Robin Des Bois écologique et milliardaire sans le vouloir, d'un monde gagnant/gagnant qui ne pense qu'à se remplir les poches au mépris de l'individu moyen a qui l'on surine qu'il est responsable de sa planète. Démonstration d’intérêts imbriqués que l'on reconnaît exister dans tous les milieux politiques et financiers dans le monde.

Qu'avons-nous fait de nos rêves ? (Egan, Jennifer)

note: 2Incompréhensible pourtant je lis depuis plus d'un demi-siècle!...cependant superbe écriture SARGAT ANNIE - 3 avril 2019écoutez

Des allers retours entre passé et présent impossibles à suivre car à chaque chapitre le ou la narratrice change et j'ai passé mon temps à me demander qui s'exprimait..
De plus le titre français est trompeur. peut-être "labyrinthe sans sortie" serait mieux adapté car je me demande encore qui était qui et pourquoi balader le lecteur comme cela?

Passé imparfait (Fellowes, Julian)

note: 4Ecriture fine, élégante, enlevée et pas un moment d'ennui grâce à un humour inimitable SARGAT ANNIE - 3 avril 2019écoutez

J.Fellowes, avec son style "so english" nous promène allègrement entre les années 60 et les années 2000 sans jamais une pointe de nostalgie, au contraire. Le personnage a su suivre son temps alors qu'une bonne partie de l'aristocratie des années avant 68 s'est effondrée, persuadée que le monde ne changerait jamais et qu'un titre était au dessus de la nécessité de s'adapter au monde moderne.J'y ai trouvé un parallèle avec "autant en emporte le vent" et le monde qui a basculé après la guerre de sécession.

Bienvenue au motel des Pins perdus (Bivald, Katarina)

note: 3Pas désagréable à lire, bon style mais je me suis ennuyée sur les 2/3 du roman SARGAT ANNIE - 3 avril 2019écoutez

Dommage que le personnage principal, Henny, qui meurt accidentellement dès les 1ères pages et que l'auteur utilise comme fantôme errant et narratrice avec une mission, soit aussi,inintéressante, "transparente"(normal pour un fantôme!) de son vivant. En effet toute l'histoire construite autour de la mobilisation d'une ville ne tient pas sur ce personnage. De plus encore une fois l'auteur décrit une petite ville du fin fond de l'Orégon très caricaturale où finalement tout le monde se connaît et où tout le monde il est beau..

Bel-Ami (Maupassant, Guy de)

note: 5Bel-Ami BARIDA LAURENT - 31 mars 2019écoutez

La Belle époque, Paris pendant la seconde moitié du XIXe siècle, Georges Duroy - Bel-Ami - se retrouve à Paris, après avoir quitté sa Normandie.

Nous allons assister à l’ascension d’un personnage ambitieux, par l’exploitation (le mot n’est pas trop fort) de la gente féminine. Dans un milieu difficile à pénétrer, la presse…afin d’atteindre son objectif : la fortune et la gloire. Egalement obtenir la satisfaction de son égocentrisme et se garantir une plénitude financière.

Maupassant se veut réaliste, dans tous les compartiments de son roman ; que ce soit l’argent, la presse et bien sûr l’amour. L’amour vecteur de son arrivisme, lui permettra de satisfaire, enfin, à la fois son orgueil et sa vanité.

Maupassant évoque sans fioritures, la corruption politique, l’expansion coloniale. Un monde, où les bonnes paroles, où le paraître, où le règne des convenances représentent le parangon de l’existence de ces bourgeois et nobles.

Et quel plaisir, de lire, que dis-je, de savourer le style de celui-ci. Un moment de pur plaisir, aussi bien sur le fond que la forme. Classique quand tu nous tiens !

Le loup est un loup pour l'homme (Baer, Julien)

note: 4Le loup est un loup pour l'homme Sabrina - 30 mars 2019écoutez

Entre le conte et la lecture par l'image. Une histoire à partager avec les petits.

La passe-miroir. (Dabos, Christelle)

note: 5 Lisa - 30 mars 2019écoutez

L'avaleur de bobos (Jadoul, Émile)

note: 5Plaisir partagé GIACOMETTI LEIA - 24 mars 2019écoutez

Dépasser la peur de la chute

Je compte jusqu'à trois (Jadoul, Emile)

note: 5Educatif GIACOMETTI LEIA - 24 mars 2019écoutez

Chute attendrissante lorsque nous sommes pressés le matin

Bonne nuit, ma cocotte (Jadoul, Emile)

note: 5Plaisir partagé GIACOMETTI LEIA - 24 mars 2019écoutez

Une histoire qui raconte les peurs de l'endormissement sans monstre

Je t'aime tous les jours (Doray, Malika)

note: 5Séparation GIACOMETTI LEIA - 24 mars 2019écoutez

Comprendre l'absence prévue d'une maman

C'est prêt, monsieur Panda ? (Antony, Steve)

note: 5Emotion GIACOMETTI LEIA - 24 mars 2019écoutez

Livre original sur la patience

Le terrible monstre à capuche (Antony, Steve)

note: 5Emotion GIACOMETTI LEIA - 24 mars 2019écoutez

Livre original sur le peur d'un monstre qui n'en est pas un !

Betty voit rouge (Antony, Steve)

note: 5Emotion GIACOMETTI LEIA - 24 mars 2019écoutez

Livre original sur la gestion de la colère

La boîte aux mots interdits (Bataille, Marie)

note: 5Collection tralalire GIACOMETTI LEIA - 21 mars 2019écoutez

Très grand format, livre souple, beaucoup de lecture mais histoire originale et passionnante

Nous ! (Dexet, Hector)

note: 5Manipulation GIACOMETTI LEIA - 21 mars 2019écoutez

Magnifique livre en carton pour découvrir les notions de famille, corps humain et sens !

Les trois petits casse-pieds (Leroy, Jean)

note: 5Plaisir partagé GIACOMETTI LEIA - 21 mars 2019écoutez

Actualité

Une histoire à grosse voix (Jadoul, Emile)

note: 5Plaisir partagé GIACOMETTI LEIA - 21 mars 2019écoutez

L'importance du rituel d'endormissement pour lutter contre les inquiétudes de la nuit

Grand Lapin, tu es là ? (Jadoul, Émile)

note: 4Plaisir partagé GIACOMETTI LEIA - 21 mars 2019écoutez

Dommage que enfant/père ne soit pas nommer ainsi pendant le rituel du coucher

On fait la taille (Jadoul, Émile)

note: 4Plaisir partagé GIACOMETTI LEIA - 21 mars 2019écoutez

Comparaison de taille entre animaux, chute rigolote avec le ballon

Maman (Itoïz, Mayana)

note: 5Plaisir partagé GIACOMETTI LEIA - 21 mars 2019écoutez

un joli livre poétique et graphique sur les couleurs et le rituel du coucher

Le mémoire de master (Kalika, Michel)

note: 5Indispensable ! Zoé - 20 mars 2019écoutez

Un très bon outil pour celles et ceux qui auraient besoin de conseils à la fois théoriques et pratiques sur la rédaction d'un mémoire. Emprunté après une mise en avant par la bibliothèque, il m'a aidée à me mettre sur les rails et à commencer mon mémoire !

Le poison d'amour (Schmitt, Éric-Emmanuel)

note: 5Un drame prenant Zoé - 20 mars 2019écoutez

On suit les aventures de 4 adolescentes à une étape charnière de leur vie. Leurs parcours se rencontrent, s'entrechoquent, les divise mais le drame qui se profile à l'horizon soudera leur amitié à jamais.

Mamie Luger (Philippon, Benoît)

note: 5pétillant et drôle Annie - 18 mars 2019écoutez

Trouvé dans la bibliothèque numérique, je me suis régalée !
Un humour qui tire vers les Tontons flingueurs avec des moments d'émotions qui prennent un peu par surprise.
Une serial killeuse qu'on voudrait immortelle !

Entrez dans la danse (Teulé, Jean)

note: 5Entrez dans la danse BARIDA LAURENT - 17 mars 2019écoutez

Sur une chronique alsacienne de 1519, et des faits intervenus le 14 juillet 1518 à Strasbourg ; Jean Teulé nous offre avec son talent de narrateur, l’évolution d’une étrange épidémie qu’a subie les habitants de cette ville.

Or donc, cette année-là, Frau Troffea, sort de chez elle et se met à danser. Le plus surprenant, sans aucune musique ; mais elle dansait sans interruption pratiquement. Si au début la foule assistait à ce spectacle, il apparût rapidement, que celle-ci, se laissa entraîner, à son tour.

Pour quelles raisons, cette épidémie eut-elle lieu ? Une accumulation de catastrophes, parmi : la sécheresse, la lèpre, la peste…et sans doute l’arrivée du protestantisme, avec Martin Luther.

« Entrez dans la danse », nous informe, mais également nous déroute par cet événement de l’histoire, peu ou prou connu. En outre avec la truculence des mots proposés par Jean Teulé, nous ressentons le besoin impérieux de danser sur ces mots, nous aussi...

Attache le coeur (Fargues, Nicolas)

note: 4Noirs et blancs Ellen Huge - 16 mars 2019écoutez

J'aime beaucoup l'écriture de Nicolas Fargues. Dans ce livre au joli titre, des nouvelles ; petits récits ciselés, tellement bien sentis sur les rapports entre les africains camerounais et les européens, français blancs. Petit bijou.

Juste après la vague (Collette, Sandrine)

note: 2Abandon Lola - 12 mars 2019écoutez

je n'ai vraiment pas réussi à entrer dans l'histoire. J'ai trouvé le style dans l'ensemble lourd et certains passages décrits, où les enfants se retrouvaient seuls, simplets et sans intérêts.

Heartless (Meyer, Marissa)

note: 5Top Lola - 12 mars 2019écoutez

Une très belle lecture.
L'univers est immersif, les personnages sont touchants. Je recommande.

Hazel Wood (Albert, Melissa)

note: 3Sans plus Lola - 12 mars 2019écoutez

Une bonne lecture mais pas transcendant,
On ne s'attache pas aux personnages.
Les contes sombres sont un petit plus dans le roman.

Les filles du samouraï. (Snow, Maya)

note: 5Très bien Lola - 12 mars 2019écoutez

Un belle saga jeunesse qui a marqué mon enfance.

Les anges meurent de nos blessures (Khadra, Yasmina)

note: 5Les anges meurent de nos blessures BARIDA LAURENT - 12 mars 2019écoutez

[…sais-tu pourquoi nous n’incarnons plus que nos vieux démons. C’est parce que les anges sont morts de nos blessures.]. Les ténèbres, le jeune algérien Turambo, va les connaître.

De son village perdu, du désert infini de la solitude, où domine la seule question : savoir que faire pour survivre ? Va devenir le leitmotiv quotidien.

Des années 30, Oran sera le tremplin de notre jeune Turambo, grâce à son direct du gauche. La gloire va lui être promise, à force de travail, d’obstination et de sérieux…Mais l’Amour des femmes : de Aïda la belle du caravansérail, à Irène la femme, son amour, son espoir, son égérie...

Yasmina Khadra, une fois de plus, nous emporte dans le conflit entre le respect de la religion et l’attirance de l’amour. Le dilemme du couple entre le jeune arabe et la belle européenne ; le respect des convenances, de la famille, des anciens. Ainsi le succès lui permet de côtoyer un monde qui n’est pas le sien ; où l’argent et l’hypocrisie règnent en maître !

Ascension et déchéance ; faire le choix, le bon choix, Turambo pourrait-il maîtriser son destin, être enfin heureux ?

Les anges meurent aussi…

A la ligne (Ponthus, Joseph)

note: 5Un poème FRÉDÉRIQUE Lpb - 10 mars 2019écoutez

Le livre de Joseph Pontus se lit comme un poème, tant sur la forme que sur le fonds. C est un vrai régal. A lire absolument !

A son image (Ferrari, Jérôme)

note: 5Formidable FRÉDÉRIQUE Lpb - 3 mars 2019écoutez

Un roman à dévorer : Le commencer c est d'engager à neplus le lâcher. L'histoire d'Antonia, vue au travers des siens, sur fond historique en corse, en Yougoslavie.

Les poissons ne connaissent pas l'adultère (Aderhold, Carl)

note: 4Les poissons ne connaissent pas l'adultère ISABELLE - 2 mars 2019écoutez

Un relooking comme cadeau d'anniversaire et voila Julia qui prend le premier train. Voyage rempli de rencontres, tranche de vie... et puis le terminus !
J'ai beaucoup aimé les personnages qui se croisent et ou on découvre leur vrai visage. Très agréable a lire.

Fais-toi peur (Guibbaud, Christian)

note: 4plaisir partagé GIACOMETTI LEIA - 23 février 2019écoutez

Livre en carton avec des volets à soulever, certaines personnages font peur (sorcière, ogre, dragon, fantôme, loup), d'autres ont se demande ce qu'il font là (autruche, hérisson, crabe, lion, martien, chat)

Terminus Elicius (Giebel, Karine)

note: 5Terminus Elicius BARIDA LAURENT - 21 février 2019écoutez

Elicius surnom de Jupiter, avec pour attribut, notamment le bâton de foudre qui fond sur sa proie. Karine Giebel nous entraîne dans le sud de la France, dans le périmètre de Marseille où vit son héroïne.

Or, Jeanne vit sagement, sans heurts et pétrie d’habitudes. Avec un travail, sans responsabilités ; administrative dans l’un des commissariats de Marseille. Sa timidité, rend Jeanne, inexistante et transparente dans le bureau qu’elle partage avec d’autres collègues.

Puis, un événement va transformer sa vie en enfer…Juste une petite lettre glissée entre deux sièges, qu’elle occupe régulièrement ; même place, même horaire, de Marseille Saint-Charles à Istres…

S’agit-il d’une lettre d’Amour, de Haine ? Nous commençons à partir de cet instant, un « voyage au bout de la nuit » !

Comme à l’habitude, un style prenant, haletant, qui nous invite à parcourir rapidement ce thriller afin d’en connaître l’épilogue.

La vraie vie (Dieudonné, Adeline)

note: 5Bien aimé Audrey - 21 février 2019écoutez

La lecture est facile et rapide.
On ressent de la compassion pour certains personnages.
Durant la lecture, on a envie de connaître la chute de l'histoire.
J'ai bien aimé.

Le dimanche des mères (Swift, Graham)

note: 2Le dimanche des mères BARIDA LAURENT - 19 février 2019écoutez

Voici un court roman britannique, qui je l’avoue n’a pas emporté mon enthousiasme, à l’inverse de beaucoup d’autres lecteurs.

Mars 1924, une jeune domestique, Jane Fairchild, bénéficie d’un après-midi de loisir, normalement prévu pour aller voir sa mère.

Etant orpheline, elle va passer ce moment de liberté, avec son amant, Paul Sheringham. Derniers et ultimes moments, pour ces amants éprouvés ; en effet Paul doit se marier prochainement avec une riche héritière, Emma Hobday – sans nul doute un mariage arrangé -. Les temps sont durs, pour toutes ces familles bourgeoises, la réduction du train de vie devient un incontournable besoin.

Graham Swift, va pendant de longues pages, nous inviter dans leurs ébats, puis une fois celui-ci parti ; aux sentiments de « plénitude » de Jane, seule dans le manoir, qui va, nue, explorer les différentes pièces. Peut-on parler se sensualité ? De vulgarité, peut-être pas, mais difficile de sentir les émouvants propos de Jane à l’aune des mots, parfois, trop crus.

Il effleure, par certaines « images », les relations vues dans « Downton Abbey », et j’ajouterai « Vingt-quatre de la vie d’une femme » de Stefan Zweig, quant à la fin de ce roman.