Rechercher

écoutez

Ressources en ligne

Vous souhaitez télécharger des livres sur une liseuse, une tablette, un smartphone ? Inscrivez-vous en choisissant le formulaire selon la médiathèque que vous fréquentez   Alfortville, Créteil   Limeil-Brévannes, Médiathèque mobile.

     Informatique, cours de langues, code de la route, musique, soutien scolaire, remise à niveau....

 

        Presse en ligne : plus de 800 titres, accédez à deux revues par mois et par carte de médiathèque

 

  Eurêka Val de Marne

Partager "Ressources numériques" sur facebookPartager "Ressources numériques" sur twitterLien permanent
AccueilCritique

Critique

 

No home (Gyasi, Yaa)

note: 5No Home BARIDA LAURENT - 16 août 2019écoutez

XVIIIe siècle, sur la Côte-de-l’Or (Ghana), Yaa Gyasi, nous retrace l’histoire de deux demi-sœurs, Effia et Esi. Destin croisé, sur plusieurs générations, de celles-ci, qui commence dans les terres des Fanti et Ashantis.

L’une, Esi, va connaître le parcours effroyable des esclaves, pour la lointaine Amérique. Une fois capturée, vendue, elle sera enfermée au fort Cape Coast, dans des conditions inhumaines, avant, de connaître celles des navires négriers…Où l’horreur le dispute à la bestialité humaine.

Quant à Effia, acheté pour 30 livres, elle deviendra l’épouse du gouverneur de Cape Coast. Et perpétuera une lignée d’enfants métissés, fidèles à leurs terres et coutumes.

A travers cette longue épopée, nous voyons les ravages causés par le colonialisme des pays européens, et le commerce des esclaves qui va en découler !
Sans oublier la participation des différentes ethnies noires, qui y contribuèrent également, pour l’argent et la prépondérance de leurs ethnies. « Tout le monde était responsable. Nous l’étions tous…Nous le sommes tous ».

Un long récit, sur les exactions de « l’homme blanc » afin d’assouvir sa soif du pouvoir et de l’argent ! Avec cette phrase me semble-t-il toujours d’actualité « Nous reviendrons pour construire le pays que les blancs veulent que nous construisions. Un pays qui continuera à les servir. Nous ne serons jamais libres. ».